24 août 2006

LA TRAVERSEE DE PARIS

Betty Neuneu est invitée : réception hors de commun, lustres scintillants et champagne à foison …

Betty Neuneu a un passe temps favori : compter les bulles de champagne avant qu’elle ne s’évaporent. D’ailleurs, elles n’ont jamais le temps de s’évaporer, ni même d’être comptées !

L’heure du départ arrive : bientôt minuit et son douzième coup …de massue !

La tête tourne un peu mais, en femme d’expérience Betty Neuneu n’en laisse rien paraître …

Retrouver les vestiaires, sa chaude redingote et partir le plus discrètement du monde : un jeu d’enfant !

Rentrer dans son petit appartement en empruntant les rues les plus fréquentées (on ne sait jamais) parce que Betty Neuneu a laissé sa voiture au garage. Boire ou conduire : il y a longtemps qu’elle a choisi.

Et puis, la marche est salvatrice !

Que de monde encore dans le centre ville illuminé ! C est vrai que c’est le week - end

Betty Neuneu sent bien quelques rires effleurer son passage, mais elle n’en a cure. Elle ne connaît que trop son penchant à douter continuellement d’elle-même.Cette fois-ci, cela ne prendra pas. Elle traverse les rues piétonnes d’un pas altier ! Elle a sorti sa démarche des jours de sacre, ou ce qu'il en reste ...

En rentrant chez elle, Betty Neuneu s’apercevra qu’elle avait un passager clandestin : le porte-manteau du vestiaire, royalement accroché à sa ceinture, dans le dos. Jamais le mot "ridicule" ne lui a autant convenu ! Mais le spectacle est tellement incongru qu'elle en éclate de rire. Et puis, ce pourrait être une idée marketing. En version télescopique ...

Betty Neuneu, femme pratique et décalée, n'a cependant jamais osé rapporter son joli porte-manteau !

Posté par Neuneuland à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LA TRAVERSEE DE PARIS

Nouveau commentaire