29 décembre 2007

Mission impossible

Tiens ! un flash-back ! Avignon 2003, un soir de juillet, sur une place …

Avec homme et enfants, tu t’acharnes sur un plat bien relevé. Tu as pris soin de ne prendre aucun risque : pas de sauce, pas de spaghettis ! Néanmoins, tu trouves le moyen de faire une tache sur ta belle chemise en lin blanc …

Une épreuve t’attend, celle que tu redoutes le plus : traverser la place sans que trop de paires d’yeux ne se braquent sur toi et l’auréole orangée que tu arbores depuis peu. Prendre un air dégagé pour demander au serveur où se trouvent les toilettes et, d’un pas martial, bien suivre ses instructions afin de les trouver. Mentalement, tu révises : la droite, c’est par là et la gauche ?

Mission accomplie : maintenant, tu as un superbe disque transparent sur ta partie abdominale. C’est parfait, tout le monde saura que tu t’es salopée ou que tu ne sais pas te servir d’un bouton de lavabo. Tu assumes.

Mais le plus dur reste à venir, j’entends par là qu’il te faut retrouver ta place. Tu te souviens du nombre de fois où tu as failli monter dans une autre voiture que la tienne et tu trembles.

Dieu merci, le soleil de ta vie resplendit soudain et tu distingues, au milieu de tout ce brouillard, ta moitié et son sourire imperturbable, tournés vers toi. Car, bien sûr, tu n’as pas retrouvé tes lunettes avant de partir …

Tu t’avances vers lui, soudain radieuse, et le remercie de ton plus beau sourire de cinéma. Savoir qu’il sera toujours là pour veiller sur toi, ça te conduit tout droit à l’état nivarnesque.

Sauf que tu commences à trouver que ses cheveux ont bien poussé depuis tout à l’heure …

Pas de chance, c’est le gars de la table juste à côté ! Même couleur de cheveux, même allure, mais ce n'est pas le bon ! Que faire

Option 1 : je me sauve en courant. Pas très sportif. J’avertis donc mon cerveau reptilen que cette solution n’est pas envisageable.

Option 2 : je présente officiellement mes excuses à ce gentleman (sans qui, après tout, je n’aurais jamais retrouvé ma route) et j’avoue publiquement que je suis incapable de reconnaître mon époux à plus de 10 mètres. Tristement vrai mais peu courtois.

Option 3 : Faire l’autruche dans mon assiette … Ridicule! Nous ne sommes tout de même pas au bord de l’incident diplomatique et, après tout, mon voisin de table n’a pas vraiment l’air fâché… Un coup d’œil de précaution m’informe de l’absence de présence féminine à ses côtés. Ouf ! Pas de représailles en perspective.

Avec mon air le plus naturel je viens donc m’asseoir à ma table. Et c’est très bien. On peut dire que je m’en sors, une fois de plus, avec succés.

Ce n’est pas pour autant que je porte désormais mes lunettes plus souvent. Je ne suis pas passée aux lingettes détachantes (un peu ringard et peu écolo à mon goût). Ceux qui me connaissent savent bien qu’il n’y à rien à faire ! Même avec un système de GPS pour piéton, ça coincerait.

Posté par Neuneuland à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mission impossible

Nouveau commentaire